TRAITEMENTS NON-CHIRURGICAUX

Embolisation des artères utérines

L’embolisation des artères utérines est un traitement mini-invasif qui constitue une alternative à laquelle peuvent recourir les femmes ne souhaitant pas avoir une hystérectomie ou tout autre traitement chirurgical. L’embolisation des artères utérines consiste à injecter des micro-billes dans les vaisseaux irriguant le fibrome afin d’entraîner sa destruction. Le fibrome ne disparaît pas mais diminue de volume progressivement, ce qui améliore les symptômes. L’embolisation se pratique en France depuis 1990.

L’embolisation se pratique sous anesthésie locale par des radiologues interventionnels.

L’hospitalisation dure 24 à 48h. Le délai de retour à des activités normales est d’environ 7 à 10 jours. Le taux d’efficacité du traitement des fibromes par embolisation, est équivalent aux traitements chirurgicaux, notamment en ce qui concerne la diminution des saignements, des douleurs pelviennes et du volume de l’utérus du fait de la réduction substantielle du volume du fibrome.

Chez les patientes de plus de 45 ans, il existe un risque d’aménorrhée temporaire ou définitif plus ou moins t17important estimé à 5-10 %. Le risque d’infertilité est faible mais doit être pris en compte et la patiente informée.

Une étude comparative évaluant le taux de fertilité et de grossesse après myomectomie et après embolisation est en cours dans plusieurs hôpitaux français depuis 2015. Le taux d’échec immédiat de l’embolisation est estimé à 5% et à long terme à 15 %.Cet échec peut se manifester par une récidive des symptômes des fibromes.

 

 

 Thermodestruction des fibromes par ultrasons

Le traitement des fibromes par ultrasons focalisés s’effectue à l’intérieur d’un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM), la tête de la patiente restant à l’extérieur de l’appareil. Ce traitement non invasif se pratique en France depuis 2007 et permet de détruire les cellules du fibrome par un échauffement de 70° à 80°C, sans endommager les tissus sains environnants. La patiente allongée dans le tunnel de l’IRM, reçoit à travers la peau des ultrasons focalisés et dirigés sur le fibrome.

Durant l’intervention, l’IRM contrôle l’administration des ultrasons en permanence. La durée de la séance dépend de la taille du fibrome, soit environ tris heures pour un fibrome de 8 cm. Le traitement des fibromes par ultrasons se pratique par des radiologues interventionnels. Ce traitement concerne les fibromes symptomatiques intra-muraux, également appelés fibromes interstitiels, mesurant 5 à 12 cm  et situés sur le devant de l’utérus. La présélection des patientes éligibles se fait sur dossier. Les avantages de ce traitement sont l’absence d’anesthésie, remplacée par une prémédication ; et un temps de récupération très court du fait de l’absence de douleur et de la faible prise médicamenteuse. L’hospitalisation est très courte voire inexistante si l’intervention est réalisée en ambulatoire : l’entrée et la sortie de l’hôpital s’effectuent le même jour, ce qui évite un arrêt de travail. Depuis 2015 le traitement des fibromes utérins par ultrasons se pratique uniquement au CHU de Bordeaux. Ce traitement est pris en charge partiellement par l’Assurance Maladie depuis 2017 et le reliquat par les organismes partenaires du CHU de Bordeaux.