TRAITEMENTS MÉDICAMENTEUX

 

Il existe trois grandes familles de traitements médicamenteux. Ces traitements agissent plus ou moins efficacement sur les saignements et sont généralement prescrits pour une période de 3 à 6 mois.

Traitements anti-hormonaux

Les traitements anti-hormonaux sont généralement prescrits pour une période de trois mois, renouvelable une fois, en prévision d’une intervention chirurgicale. Les analogues de la GnRH font partie de la famille des traitements anti-hormonaux. Ils bloquent l’action d’une hormone de la reproduction, la GnRH ou hormone libératrice des gonadotrophines, ce qui freine la production d’œstrogènes. Ces traitements ont pour but de provoquer une ménopause artificielle transitoire permettant l’arrêt des saignements, le temps de corriger une anémie. Ils sont la plupart du temps administrés par piqûre et peuvent être responsables d’effets indésirables divers : bouffées de chaleur, prise de poids, sécheresse cutanée et vaginale, baisse de la densité osseuse…

Ulipristal acétate (ESMYA)

L’ulipristal acétate est un modulateur sélectif des récepteurs de la progestérone (SPRM), homologué depuis 2013 pour le traitement des fibromes utérins symptomatiques avant une prise en charge chirurgicale, chez la femme en âge de procréer. Ce traitement se fixe aux récepteurs de la progestérone et empêche celle-ci d’agir. L’ulipristal acétate est prescrit en prévision d’une opération pour une durée de trois mois, renouvelable une fois, en cas de saignements abondants ou d’hémorragies. La prise de ce médicament s’effectue quotidiennement par voie orale et entraîne, dans le meilleur des cas, l’arrêt des règles et une légère diminution temporaire de la taille des fibromes. Ce traitement a des effets indésirables assez similaires aux traitements hormonaux et anti-hormonaux : bouffées de chaleur, prise de poids, céphalées…

L’Agence Européenne du médicament (EMA) a décidé le 9 février 2018,  de suspendre à l’échelle européenne, la prescription du médicament Esmya. Cette mesure de précaution vise à protéger l’ensemble des femmes qui souffrent de fibromes utérins, suite à des cas d’hépatites graves, survenus chez des patientes traitées par le médicament Esmya. A ce jour, 24 cas de problèmes hépatiques préoccupants ont été recensés, dont 4 cas d’hépatites aiguës, parmi lesquels 3 cas ayant nécessité une transplantation de foie. A ces 24 cas, s’ajoute un nouveau cas d’hépatite aiguë ayant entraîné le décès d’une patiente. Pour ce nouveau cas gravissime et irréversible, l’imputabilité du traitement Esmya a été considérée plausible. Dans l’attente des conclusions de l’Agence Européenne du médicament, prévues en mai 2018, aucun médecin ne doit prescrire ou renouveler le traitement Esmya. Aucun nouveau cycle de traitement ne doit être initié pour les patientes précédemment traitées par Esmya.

Les femmes actuellement traitées par Esmya, doivent contacter leur médecin afin qu’un bilan hépatique leur soit prescrit. Pendant toute la durée du traitement, les médecins doivent prescrire tous les mois à leurs patientes, un bilan hépatique. Si les transaminases sont supérieures à deux fois la normale, le médecin doit arrêter le traitement et pratiquer un nouveau bilan hépatique 2 à 4 semaines après l’arrêt d’Esmya. Afin de ne pas courir le risque d’être exposée à un problème hépatique, aucun signe ou symptôme pouvant être observé en cas de dysfonctionnement du foie, ne doit être négligé par les patientes : nausées, vomissements, baisse de l’appétit, douleurs en bas à droite de l’abdomen, fatigue importante, coloration jaune des yeux ou de la peau. La patiente doit immédiatement contacter son médecin car ces symptômes peuvent être en lien avec un problème hépatique.

Télécharger la fiche d’information Esmya

Cures de fer

En présence de saignements abondants ou d’hémorragies, un complément en fer peut être prescrit pour corriger l’anémie ferriprive liée au manque de fer, consécutif aux pertes sanguines.

 

Antalgiques et anti-inflammatoires

Une prescription d’antalgiques ou anti-inflammatoires est préconisée pour le soulagement des douleurs pelviennes.